Franchement, le spectacle que donne la plupart des leaders de l'UMP depuis la mise en examen de Nicolas Sarkozy est pitoyable. Toutes les allègations, les pires supputations y passent. La justice selon eux, et particulièrement le juge Gentil, est coupable de tous les maux. Dangereux discours de la part de ceux-là même qui en tant qu'élus sont censés se porter garants des institutions de la République et particulièrement de l'indépendance de la justice. Certes, quand elle est au pouvoir, la droite n'a jamais montré que la garantie de la séparation des pouvoirs était sa priorité, mais là, ils ont dépassé toutes les bornes.

Le PS aurait fait pression sur la justice pour faire diversion après la démission de Jérôme Cahuzac ? Non, mais ils se trompent d'époque, la justice aux ordres, c'était il y a 5 ans ; Et quand bien même ce serait vrai, qui peut croire une seule seconde qu'un juge, aussi anti-sarkozyste primaire soit il, se permette de mettre en examen l'ancien président de la République, s'il n'a aucune billes, aucune preuves, s'il n'est pas un tant soit peu sûr de son fait ? 

Et même, il ne s'agit que d'une mise en examen, c'est à dire que pour l'instant Nicolas Sarkozy et certes soupçonné, mais il est toujours considéré aux yeux de la justice comme innocent. Dans l'absolu, il devrait, ainsi que les caciques de l'UMP qui vociférent dans les médias depuis 2 jours, se déclarait content d'être mis en examen : s'il est réllement innocent comme il le prétend, cette décision judiciaire va lui permettre de le prouver.

On l'a vu, il n'en a rien été. La droite s'est répandue, allant parfois jusqu'à l'insulte jusqu'à la caricature. L'image qu'elle laisse ainsi est désastreuse. Elle n'a pas servi servi la cvause de l'innocence de Nicolas Sarkozy, mais renforcé cette idée qu'il voulait se soustraire à la justice de son pays. Du point de vue de l'opinion, cette attitude est innomable car elle est sous-entend qu'il n'y aurait pas égalité entre les citoyens devant la justice. Au quotidien, les Français s'en rendent bien compte, mais cette fois-ci c'est la classe politique qui de par son attitude défend cette inégalité. Comment veut-on après cela que les gens ne se détournent pas de la politique, comment veut-on que le macabre slogan "Tous pourris" ne trouve pas grâce aux yeux d'un nombre croissant de Français ?

Plutôt que de braire comme des moutons, ces messieurs dame de l'UMP auraient bien mieux fait de se taire, ils auraient certainement rendu service à Nicolas Sarkozy, que l'on a d'ailleurs pas entendu. A moins, peut-être, qu'ils en sachent pour certains plus qu'ils ne le disent ? Dans ce cas là, ce serait un baroud d'ailleurs.