Certes, en accélérant la calendrier et en décidant d'examiner la loi instaurant le mariage homosexuel à l'Assemblée Nationale dès la semaine prochaine plutôt qu'à la fin mai, le gouvernement tente de prendre de vitesse l'opposition. Pour autant, ce projet de loi figurait dans le programme de François Hollande, et il est en débat dans le pays depuis le mois de septembre et au Parlement depuis le début de l'année. Rarement un texte de loi aura mis autant de temps avant d'être voté. Personne ne peut dire que le débat d'idée n'a pas eu lieu. Plus un Français n'ignore de quoi il s'agit désormais. Il est plus que grand temps d'en finir.

Pourtant les mots entendus par les leaders de la droite aujourd'hui font froid dans le dos, "guerre civile", "coup d'état", jusqu'à l'hystérique et irresponsable Frigide Barjot qui déclare : "Hollande veut du sang ! Il en aura !". Que tout ceci est bien exagéré, mais surtout potentiellement dangereux et explosif dans le contexte actuel. Le propre d'un élu de la République n'est-il de respecter la constitution et le rôle du Parlement ? Ces propos outranciers sont à mettre en relation avec ce que certains à droite disaient après l'élection de François Hollande ; qu'il n'était pas légitime ; qu'ils ne le reconnaissaient pas comme président. De là à penser que la droite est prête à tout pour retrouver le pouvoir, même à provoquer une guerre civile sur le premier des sujets venus, il y a un pas qui malheureusement s'apprête à être franchi.

Curieusement, ceux-là même qui hurlent aujourd'hui au déni de démocratie n'ont rien dit, quand Nicolas Sarkozy faisait voter au pas de charge la contre-réforme des retraites, alors même que ceal ne figurait pas dans son programme (contrairement au mariage gay pour Hollande) que tous les sondages indiquaient que les Français étaient ultra-majoritairement opposés à la loi (alors qu'ils sont une majorité à vouloir le mariage gay !) et qu'ils étaient plusieurs millions dans la rue (soit bien plus que les anti-mariage gay). On peut donc affirmer que la droite se moque du peuple et de la démocratie, seul l'intéresse le pouvoir. A n'importe quel prix !