J'ai déjà beaucoup sur ce blog sur la différence de traitement médiatique entre le Front de gauche et le Front National. Sur ce sujet, je conseille d'ailleurs vivement la lecture du billet de François Delapierre (secrétaire national du Parti de gauche) sur son blog où il explique les tenants et les aboutissants de cette stratégie médiatique favorable au FN et hostile au Front de gauche.

Mais ces derniers jours ont été incroyables. La manifestation du 1er mai du FN a été traitée avec une bienveillance tout simplement effarante. Non seulement elle a été mise sur le même pied que les traditionnels défilés syndicaux, mais toutes les images du discours ont été fournies par le FN, masquant ainsi le peu de monde qu'il y avait. Cela est une preuve de plus que le parti d'extrême-droite est non seulement compatible avec le système capitaliste, mais qu'en plus il en est un des chiens de garde.

A quelques jours de la manifestation du 5 mai pour une sixième République et contre la finance toute puissante, on assiste à une toute autre musique. Depuis quelques jours, c'est une pluie d'articles tous plus hostiles les uns que les autres envers le Front de Gauche et surtout contre Jean-Luc Mélenchon.

C'est d'abord Le Monde qui a publié un portrait entièrement à charge de Jean-Luc Mélenchon. C'est ensuite Le Nouvel Observateur qui fait de la politique-fiction en imaginant ce que serait les premiers jours avec Jean-Luc Mélenchon comme premier ministre (ce qui au passage signifie que l'idée n'est pas si ridicule), et qui va jusqu'à lui prêter des mesures qui ne figurent pas dans son programme. C'est RTL ensuite qui traite sur son site la stratègie de Mélenchon de suicidaire  ; on ne voit pas bien elle le serait plus que celle qui consiste à imposer coûte que coûte des politiques de rigueur dans toute l'Europe. C'est enfin le très droitier  site d'information Atlantico qui traite Jean-Luc Mélenchon et ses électeurs de "beaufs de gauche".

Comme si cela ne suffisait pas, deux sondages sont tombés du ciel venant apporter du moulin à leur eau, du moins le croient-ils. Ainsi, les 2 tiers des Français désapprouveraient les propos du co-leader du Front de gauche. Attention, juste le ton de ces propos. Pas le contenu des propos, non, ils se gardent bien de poser des questions là-dessus. Ce qu'ils oublient de dire, c'est qu'il y a 1 tiers des Français qui se reconnaissent dans ces propos, dans la façon dont Jean-Luc Mélenchon qualifie la plupart du temps le monde de la fiance et les médias. 1 tiers donc qui se reconnaissent dans les mots employés. C'est beaucoup pour quelqu'un qui n'a pesé que 11 % à la présidentielle. Mais ce n'est pas tout ! Ainsi, seuls 20 % des Français le verraient bien premier ministre. Aux yeux de ces gardiens du temple cela le discréditerait d'office. En vérité que 20 % répondent positivement à cette question alors même qu'ils ne se la sont jamais posé et plutôt un très bon résultat.

Ce déluge d'articles vindicatifs, de sondages contradictoires ne doit rien au hasard. La marche citoyenne du 5 mai s'annonce très suivie, les idées défendues par le Front de Gauche sont en train de trouver un écho grandissant dans la population. La vérité, c'est que la plupart de ces médiacrates ont peur du Front de gauche, parce qu'il s'agit de la seule force clairement opposée au système. Cette masse d'articles est donc en soi un bon signe !

Ceci dit, il ne saurait y avoir de billet honnête sur les médias sans rappeler que certains font leur travail correctement. L'humanité évidemment qui fait son travail de journal militant en étant le seul à avoir expliqué les raisons de la marche du 5 mai. Mais plus curieusement, on trouve aussi Le Figaro qui indique dans un article sur son site qu'il y a bien des raisons objectives de réclamer une sixième République ; De même, le site économique, La Tribune rappelle ce que fut la journée du 5 mai 1789 et en quoi elle rappelle notre époque, or c'est bien de cette journée que Jean-Luc Mélenchon s'est inspiré lorsqu'il a proposé sa marche.