La lutte contre le chomage est la priorité des prirités du gouvernement français. Là-dessus, rien à redire, c'est légitime. Mais face à des chiffres catastrophiques tous les mois, il faut bien arriver à stopper l'hémorragie, ne serait-ce que pour donner un peu de répit au gouvernement, et regonfler le moral de la population qui en a bien besoin.

C'est là qu'arrive décembre, mois crucial parce qu'i s'agit d'une période de forte activité économique ; et ô ! Miracle ! Si le chômage ne baisse pas, il stagne ! Serait-ce déjà les premiers effets des premières mesures du gouvernement Ayrault ? Que nenni ! en décembre le nombre de chômeurs a stagné parce que Pôle emploi a pratiqué des radiations en masse (+ 24 %) (lire ici). Alors évidemment, quand on ne les compte pas, les chômeurs sont moins nombreux.

Au fait, j'ai de plus en plus de mal à voir la différence entre une hyperprésidence et une présidence normale, parce que si le style change, la politique est la même sur l'essentiel.